Les cookies sont de petits fichiers texte que votre ordinateur télécharge à chaque fois que vous visitez un site Web. Lorsque vous retournez sur des sites Web, ou que vous vous rendez sur des sites Web utilisant les mêmes cookies, ceux-ci reconnaissent ces cookies et donc votre ordinateur ou votre périphérique mobile.

Imprimer

 

Dépannage à domicile : avoir les bons réflexes

Se retrouver face à une porte fermée à clé par inadvertance ou à une fuite d’eau… des problèmes courants que l’on souhaite régler au plus vite et qui peuvent conduire à une arnaque.
Pour ces situations d’urgence, la DGCCRF (Direction générale de la concurrence, consommation et répression des fraudes) prodigue des conseils pratiques à suivre afin d’éviter une facture exorbitante pour une intervention minime.
N’appelez pas les numéros de sociétés de dépannage à domicile indiqués sur les prospectus d’aspect « officiel » déposés dans votre boite aux lettres ou chez les commerçants. Préférez faire appel à des professionnels recommandés par vos proches, les fédérations professionnelles… Ne donnez surtout pas votre accord pour des réparations au prétexte, selon le réparateur, qu’elles seront prises en charge par votre assureur. 
Avant toute intervention, demandez à consulter les tarifs et exigez un devis écrit et détaillé (ne pas signer un devis paraissant démesuré). 
Attention : les travaux ne doivent pas commencer avant la signature du devis qui doit intervenir avant tout retrait et remplacement de pièce. Enfin, conservez chez vous le joint endommagé, le tuyau troué, la prise de courant défectueuse… Il est préférable de garder la preuve en cas de litige.

Article rédigé par la Mce – Maison de la consommation et de l’environnement – 48 bd Magenta – 35000 Rennes – 02 99 30 35 50 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser. – www.mce-info.org
 

Et si on végétalisait nos murs et nos trottoirs ?

A compter du 1er janvier 2017, les communes ne pourront plus utiliser de pesticides chimiques de synthèse sur le trottoir et les espaces verts (loi Labbé de 2015). Pour atteindre cet enjeu, de nouveaux modes de gestion sont à mettre en place. La végétalisation des fonds de trottoirs en est un puisque la jonction entre le trottoir et les murs des habitations représente un linéaire très important et fortement consommateur de main d’œuvre pour assurer le désherbage. 

Parmi ces alternatives : la végétalisation des murs

Végétaliser sa façade, c'est embellir sa rue en y apportant couleurs, senteurs, fraicheur, tout en procurant bien-être à tous. C’est aussi assurer le retour de la nature en ville en accueillant des plantes spontanées ou cultivées qui favorisent la présence d’insectes pollinisateurs et des oiseaux... 

Cette opération présente plusieurs avantages :

-    des avantages esthétiques : 
Participer à l'embellissement de sa façade, c'est se faire plaisir mais aussi participer à l'embellissement de sa rue pour le bien-être et le plaisir de tous. Ainsi des couleurs apparaîtront au fil des saisons, égayant les rues souvent bien trop minérales.

-    des avantages sociaux : 
En jardinant sur le trottoir, on s'expose aux regards et éveille la curiosité des passants et des voisins, créant ainsi du lien avec son entourage. Des conseils, des échanges, des trocs peuvent s’instaurer,  permettant ainsi l'enrichissement des parterres. Ce mini-jardin de trottoir présente en plus l'avantage de pouvoir être entretenu par le voisinage lorsque l'on doit s'absenter.

-    des avantages écologiques : 
L'installation des végétaux en pied de mur produit un micro habitat, accueillant les insectes pollinisateurs et phytophages, mais aussi les prédateurs qu'ils soient insectes, oiseaux, lézards... Tout un cortège d'animaux faisant leur retour en ville et assurant l'équilibre du jardin, un véritable plaisir pour le jardinier observateur. Les végétaux, particulièrement les plantes grimpantes (chèvrefeuille, clématite et jasmin), assurent une protection pour les murs, tant au niveau des tags, que des pluies battantes.

Pour végétaliser votre pied de mur sur le domaine public, vous devez impérativement demander l'autorisation à votre municipalité. Renseignez-vous également afin de savoir si elle finance les travaux de découpage du trottoir, d'évacuation des gravats et de remplissage de terre. Dès que la fosse est creusée, vous n'aurez plus qu'à planter ! Et bien entendu, vous vous engagez à respecter le cahier des charges et à ne pas utiliser de désherbants et autres produits chimiques de synthèse.

Le livret Végétalisons nos murs et nos trottoirs pourra vous aider dans le choix des végétaux, le type d'ambiance, l'entretien des végétaux... Il est téléchargeable sur www.jardineraunaturel.org ou en vente 1 € à la Mce.

Le vishing, la nouvelle arnaque par téléphone


Après le phishing (faux emails) et les ping calls (arnaque à l'appel en absence), voici le "vishing" (en anglais, vishing : combinaison de voice et phishing). Il s'agit d'une technique de hameçonnage consistant à obtenir frauduleusement, via un appel téléphonique, des informations personnelles : mots de passe, numéros de comptes bancaires, codes...

Le procédé est toujours le même : sous prétexte d'un problème lié à son compte bancaire (opérations inhabituelles par exemple) ou au règlement d'une facture, la victime est invitée, lors d'un appel par un serveur vocal, à composer rapidement un numéro de téléphone. Une fois en ligne, elle est mise en relation avec un système automatisé - ou avec une personne qui se fait passer pour un employé de sa banque - lui demandant de fournir ses identifiants bancaires, son numéro de carte bancaire ou son numéro de compte, ainsi que d'autres informations personnelles (cryptogramme, dates de validité de la CB). Ces données seront ensuite utilisées par le fraudeur pour accéder à son compte bancaire ou faire des achats sur internet.

Les fraudeurs jouent sur la vulnérabilité psychologique du consommateur en créant un climat de stress et un faux sentiment d'urgence. Si un message vocal de la sorte vous demande de rappeler un numéro, ne le composez pas. Prenez le temps de retrouver celui qui vous a été donné par l'émetteur de votre carte de crédit et utilisez-le.

Par ailleurs, sachez qu'aucune banque ne vous demandera ce genre de renseignements par courrier électronique, télécopie ou téléphone. Dans le doute, contactez votre établissement bancaire dans les plus brefs délais.

Si, victime d’une tentative de fraude de ce type, vous l'avez déjouée, il convient également de prévenir votre établissement bancaire.

 

Article rédigé par la Mce Maison de la consommation et de l'environnement – 48 boulevard Magenta – 35000  Rennes – 02.99.30.35.50 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.www.mce-info.org

 

Wi-Fi public et sécurité


Le développement du Wi-Fi gratuit et illimité dans les lieux publics (parcs, cafés, restaurants, bureaux de poste, hôtels...) permet un accès très pratique à Internet depuis son téléphone mobile ou sa tablette. Mais, prudence car la sécurité de vos connexions est loin d'être garantie.

Ce type de connexion n'est pas sans risque car elle peut être piratée par des personnes mal intentionnées pour accéder aux données des personnes connectées (identifiants, mot de passe...). Les personnes les plus susceptibles d'être piégées sont les touristes ou encore les voyageurs d'affaires, qui n'ont d'autres choix que de se connecter au réseau de leur hôtel, cible privilégiée des pirates.

Pour limiter les risques, il est conseillé de :

désactiver la connexion Wi-Fi de son appareil quand on n'en a pas l'usage et cela pour éviter une connexion automatique et donc un risque de captation ;
- ne pas entrer de mot de passe ou de coordonnées bancaires en étant connecté à un spot Wi-Fi public ;
- privilégier la connexion mobile (3G, 4G) pour consulter les réseaux sociaux ou ses mails ;
- à l'étranger, préférer l'achat d'une carte SIM ou d'un boîtier Wi-Fi.


Article rédigé par la Mce Maison de la consommation et de l'environnement – 48 boulevard Magenta – 35000  Rennes – 02.99.30.35.50 – Cette adresse e-mail est protégée contre les robots spammeurs. Vous devez activer le JavaScript pour la visualiser.www.mce-info.org